L'assurance-vie en 2023

Votre test en

30 sec

  10’ secondes - Offert

Combien verser chaque mois pour obtenir le capital souhaité ?

Définition

Qu’est-ce qu’une
assurance-vie ?

Une assurance-vie est un placement financier qui permet de constituer ou de faire fructifier un capital au sein d’une enveloppe fiscale avantageuse et disponible à tout moment

En cas de décès, l’assurance-vie est l’un des meilleurs outils pour transmettre son patrimoine.

Dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie, la sortie du placement se fait de deux manières : soit en capital soit en rente. 

Pour ouvrir votre contrat, vous devrez procéder à un versement initial. Vous pourrez par la suite effectuer des versements ponctuels ou réguliers, sans limite de montant, pour constituer votre épargne.

0 Mds
d’encours sur les contrats
d’assurance-vie
0 %
des ménages français disposent
d'au moins un contrat d'assurance-vie
Les avantages

Pourquoi souscrire une assurance-vie ?

Se constituer un patrimoine sur le long terme

L’épargne constituée dans le cadre de votre contrat d’assurance-vie peut être retirée totalement ou en partie et à tout moment pour le financement d’un de vos projets par exemple. Le rachat partiel de votre capital n’implique pas la clôture de votre contrat et vous pouvez poursuivre ultérieurement vos versements périodiques.

Il est conseillé de souscrire à ce type de contrat au plus tôt pour profiter d’une fiscalité avantageuse. En effet, lorsque vous souhaitez procéder au retrait partiel ou total de votre épargne, les intérêts issus de vos versements sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) auquel s’ajoutent 17,2 % de prélèvements sociaux

Diversifier vos placements

L’assurance-vie répond à un objectif de diversification des supports financiers. En effet, l’épargne peut être investie dans des fonds en euros qui offrent un rendement faible mais qui garantissent le capital, quelles que soient les fluctuations du marché. Vous pouvez également choisir d’investir dans des unités de compte (UC), un support plus risqué mais bien plus rémunérateur, pour dynamiser votre épargne.

Compléter vos revenus

L’épargne constituée dans le cadre de votre contrat d’assurance-vie peut vous permettre de compléter votre retraite avec un versement régulier du capital ou la perception de ce dernier sous forme de rente viagère. Cette solution peut également s’avérer pertinente à moyen terme si vous souhaitez financer un projet de vie puisqu’il est possible de retirer tout ou partie de votre épargne à tout moment, augmentée des intérêts.

Le contrat monosupport assure la sécurité avec des rendements modérés. Les contrats multisupports assurent des rendements importants pour un risque également plus important. Il est conseillé de faire des placements à moyens et long terme pour ce dernier afin d'atténuer cette volatilité et ainsi obtenir une bonne rentabilité attendue.

Transmettre votre patrimoine

En cas de décès, le contrat d’assurance-vie dispose d’une clause qui permet à l’assuré de choisir à qui transmettre la rente ou le capital constitué. Le patrimoine accumulé peut donc être transmis librement et sans difficulté aux bénéficiaires désignés. De plus, ce type de placement profite d’une fiscalité légère qui permet d’exonérer les bénéficiaires de droits de succession dans la plupart des cas.

Qui peut souscrire ?

Il n’existe pas de condition particulière pour souscrire à un contrat d’assurance-vie, ni d’obligation de versement à l’exception d’un versement initial à l’ouverture du contrat. Toute personne peut en faire la demande, quels que soient son âge ou ses objectifs. N’hésitez pas à faire appel à votre conseiller Valority qui sera en mesure de vous guider vers le contrat et le type de gestion les plus adaptés à vos besoins.

Types de contrats

Quels sont les deux types de contrats d’assurance-vie ?

Il existe deux grands types de contrats : les contrats monosupport et les contrats multisupports. Selon vos objectifs et votre profil, les conseillers Valority vous guideront plutôt vers l’un ou l’autre. Nous privilégions généralement le contrat multi supports en architecture ouverte pour assurer rendement et sécurité.

Notre expertise

Comment bien choisir son assurance-vie ?

Il n’existe pas un contrat d’assurance-vie meilleur qu’un autre, le choix dépend de votre profil de risque et de vos objectifs à long terme et surtout du choix des supports sélectionnés au sein de cette enveloppe fiscale.

La force de Valority réside dans son approche méticuleuse des différents profils d’investisseurs. À chaque consultation, les conseillers dressent un portrait poussé de l’épargnant, déterminé à partir d’un test déontologique pour pouvoir établir un profil de risque. De cette manière, les options de gestion et arbitrages proposés restent toujours en corrélation avec ses souhaits et ses projets.

À l’écoute, nos conseillers mettent toute leur expertise et leur savoir-faire au service des investisseurs pour leur proposer des solutions sur mesure, en accord avec les visions de chacun.

À savoir
Fonds en Euros

Pourquoi intégrer du
fonds en euros dans un contrat d'assurance-vie ?

De quoi sont constitués les fonds en euros en assurance-vie ?

Les placements en fonds en euros sont très peu risqués puisqu’ils sont constitués majoritairement d’obligations, et notamment d’obligations d’État, de bons du trésor et d’obligations d’entreprises. Les actions quant à elles, qui dépendent donc des fluctuations du marché, ne constituent que généralement 9 % des placements en monosupport. Les placements en immobilier sont également intéressants puisque, au-delà des intérêts perçus, le bien immobilier peut générer une plus-value au fil des années

Pour qui ?

L’assurance-vie dite monosupport n’est constituée que d’un seul type de support d’investissement : les fonds en euros. Ce contrat est plutôt adapté aux profils prudents, qui souhaitent limiter le risque.

Pourquoi le rendement des fonds en euros est-il en baisse ?

Sécurité, flexibilité, diversité de placements… Les placements en fonds en euros offrent de nombreux avantages, mais ne procurent cependant qu’un faible taux de rendement.

En effet, mise en parallèle avec l’inflation, la rentabilité des placements en fonds en euros ne cesse de baisser. Cela s’explique notamment par les nombreux placements en obligations d’État, qui se conservent sur de très longues années et dont la rentabilité ne cesse de chuter.

En définitive, le contrat d’assurance-vie monosupport reste avantageux dans le sens où il offre une vraie sécurité. En revanche, sa faible rentabilité notamment à cause de placements en obligations d’État, invite à optimiser et à diversifier les placements, notamment en immobilier ou en actions.

Charles Patry
Directeur commercial
Gestion Privée
Nos conseils d'experts

Le contrat d’assurance-vie monosupport
est fait pour vous si :

Vous souhaitez investir dans des fonds peu risqués

Vous préférez la sécurité à la rentabilité

Vous voulez être certain de récupérer le capital investi

unités de compte

Pourquoi choisir
le contrat multisupports ?

Quel intérêt en 2023 ?

Les contrats d’assurance-vie multisupports sont composés « d’unités de compte » (UC), qui sont libellées en nombre de parts, et non pas en euros. Comme son nom l’indique, le contrat d’assurance-vie multisupports est constitué de différents fonds, eux-mêmes investis sur les marchés financiers et immobiliers. Ce n’est pas la valeur de ces UC mais bien leur nombre qui est garanti par l’assureur.

Pour qui ?

Forme la plus moderne de l’assurance-vie, les contrats multisupport offrent de meilleures perspectives de rentabilité que les contrats monosupport, mais aussi davantage de possibilités d’investissements. En effet, vous pouvez choisir de répartir votre épargne entre différentes zones géographiques, mais aussi par domaine d’activités comme, l’énergie, la santé ou les biotechs par exemple.

De quoi sont constituées les UC dans votre contrat ?

Ce type de contrat présente des risques sensiblement supérieurs puisqu’il ne propose pas de garantie en capital et que les fonds investis en unités de compte évoluent en fonction des fluctuations du marché. En revanche, le rendement reste bien plus intéressant et dépend aussi du dynamisme des fonds sur lesquels vous avez investis.

Comment sont gérés les contrats d’assurance-vie ?

Les contrats d’assurance-vie multisupports demandent une gestion et un suivi rigoureux. Aussi, vous avez le choix parmi 3 solutions pour optimiser la gestion de votre épargne.

La gestion libre

Comme son nom l’indique la gestion libre instaure que l’épargnant puisse gérer son contrat d’assurance-vie de façon totalement autonome. De ce fait, vous choisissez vous-même les supports en unités de compte sur lesquels vous souhaitez investir et répartissez librement votre épargne entre les différents supports financiers, unités de compte et fonds en euros.

La gestion conseillée

La gestion conseillée est à mi-chemin entre la gestion libre et la gestion pilotée. Nous n’intervenons qu’en tant que conseil et ne pourrons pas agir directement sur votre contrat d’assurance-vie. Pour vous guider au mieux et s’assurer que vos décisions d’investissement correspondent bien aux risques financiers que vous êtes prêts à prendre, nos conseillers s’appuient sur votre profil de risque, dressé méticuleusement avec vous lors de l’ouverture de votre contrat.

La gestion pilotée

Dans ce type de gestion, l’épargnant confie l’intégralité ou une partie de ses choix d’investissement et des arbitrages qui y sont liés. Pour assurer une gestion optimale de votre épargne, les conseillers Valority font appel à des acteurs reconnus pour leur grande connaissance des marchés financiers tels que Rothschild, auxquels vous donnez mandat pour la gestion pilotée de votre contrat. 

Fiscalité

Quelle est la fiscalité de l'assurance-vie ?

La fiscalité pour l’assuré

La loi de finances 2018 a mis en place le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou « Flat tax », applicable à l’ensemble des revenus des placements financiers dont l’assurance-vie.  Les intérêts issus de vos versements sont donc soumis au PFU, auquel s’ajoutent 17,2 % de prélèvements sociaux.

Ce dispositif concerne les rachats effectués depuis le 1er janvier 2018. Pour connaître la fiscalité relative à votre assurance-vie lors d’un rachat, il est nécessaire de considérer la date des versements concernés.

  • Pour les versements effectués jusqu’au 26 septembre 2017 : pas de changement, l’ancienne fiscalité reste en vigueur quel que soit le montant.
  • Pour les versements effectués sur un contrat d’assurance-vie depuis le 27 septembre 2017 : le nouveau dispositif du PFU s’applique. Lorsque le rachat intervient passé le 8ème anniversaire de l'ouverture du contrat, un abattement annuel s’applique sur la part d’intérêts rachetée. Le montant du PFU dépendra de la date à laquelle vous souhaitez procéder votre retrait.
    • Pour un retrait 8 ans ou plus après l’ouverture de votre contrat : le PFU s’élève à 7,5 % des intérêts
    • Pour un retrait moins de 8 ans avant l’ouverture de votre contrat : le PFU s’élève alors à 12,8 %

Nota bene : Vous avez toujours la possibilité de choisir entre l’impôt sur le revenu et le PFU. À savoir que le PFU s’applique à l’ensemble des revenus du patrimoine pour l’année.

La fiscalité pour les bénéficiaires

Si l’assurance-vie offre des conditions de succession avantageuses puisque les bénéficiaires sont généralement exonérés, le versement du capital peut être soumis à l’impôt dans certains cas.

  • Si le bénéficiaire est votre conjoint ou votre partenaire de PACS: il est fiscalement exonéré et n’est redevable d’aucun droit de succession.
  • Si le contrat est souscrit au profit des frères et sœurs : ils peuvent être exonérés sous certaines conditions.
  • Pour les autres bénéficiaires : tout dépend de l’âge auquel l’assuré a versé ses primes, du montant du capital versé aux bénéficiaires et de la date de souscription des placements ou versements.
    • Pour les sommes versées avant les 70 ans de l’assuré: le défunt peut transmettre jusqu’à 152 500 euros à chaque bénéficiaire sans qu’il n’ait à régler de taxes. Au-delà de ce montant, les parts de chaque bénéficiaire sont taxées à hauteur de 20 %.
    • Pour les sommes versées après les 70 ans de l’assuré : le défunt peut transmettre jusqu’à 30 500 € tous bénéficiaires confondus, sans qu’aucun n’aient à régler de taxes. Au-delà de ce montant, les capitaux sont placés dans l’actif successoral et les intérêts capitalisés sont exonérés de taxes.
  • En l’absence d’un bénéficiaire : l’épargne est réintégrée dans l’actif successoral et les placements seront soumis aux droits de succession.

Enfin, les intérêts du contrat d’assurance-vie qui n’ont pas encore été taxés sont assujettis aux prélèvements sociaux, au taux de 17,2 % depuis le 1er janvier 2018.

Comment choisir les bénéficiaires ?

Un contrat d’assurance-vie présente un réel avantage puisqu’il permet à l’assuré de désigner librement et à tout moment, quels seront les bénéficiaires de son épargne au moment de son décès. Il est possible de notifier ce choix au moment de la signature de votre contrat ou plus tard par écrit, par le biais d’une mention sur votre contrat d’assurance-vie ou sur un testament par exemple. Dans ce dernier cas, la désignation du bénéficiaire reste un secret absolu, il est toutefois conseillé d’indiquer dans le contrat que le nom du bénéficiaire sera mentionné dans le testament et de noter les coordonnées du notaire dépositaire de l’acte.

L’Impôt sur la Fortune Immobilière

L’IFI ou Impôt sur la Fortune Immobilière a remplacé l’ISF ou Impôt de Solidarité sur la Fortune, depuis le 1er janvier 2018. Sont concernés tous les contribuables dont la valeur nette du patrimoine immobilier détenu directement ou indirectement (SCPI, SCI, OPCI) excède 1,3 million d’euros. La base taxable correspond à la valeur du patrimoine net imposable au 1er janvier de l'année.

Retrouvez dans ce guide
Guide Offert
Le guide des placements financiers 2023
Faites un tour d’horizon des solutions d’investissements et retrouvez tous nos conseils d’experts.
Tendances du marché

L’assurance-vie contre la crise

En fonction de la conjoncture économique, l’assuré peut procéder à différents arbitrages sur son contrat d’assurance-vie. Cette démarche est notamment liée aux investissements en unités de compte, qui dépendent des fluctuations du marché et pour lesquels les contrats ne proposent pas de garantie en capital. Il existe de nombreuses solutions pour changer de répartition entre les fonds et rééquilibrer ses placements.

Les transferts programmés

La volatilité des marchés est telle qu’il est difficile de savoir quel est le meilleur moment pour investir dans une assurance-vie. Les transferts programmés permettent de lisser les points d’entrée sur les marchés : au lieu de placer ses liquidités directement sur un support en unités de compte, celles-ci sont placées sur un « fonds d’attente » qui ne fluctue que très peu. Vous donnerez les règles de gestion, à savoir ; la valeur du montant et la récurrence à laquelle vous souhaiterez transférer vos liquidités sur le support en UC.

La limitation des moins-values

Pour limiter l’impact lors de la revente d’une action par exemple, vous pouvez demander une limitation des moins-values. L’action est alors revendue lorsqu’elle a atteint un pourcentage de baisse que vous estimez trop important. La limitation des moins-values peut-être relative, c’est le cas lorsque le seuil de moins-value est atteint, non pas par rapport à la valeur initiale de l’investissement, mais en fonction du plus haut niveau atteint par les fonds. La contrepartie de cette option est qu’elle limite également la plus-value à un certain pourcentage.

Les fonds immobiliers

Les fonds immobiliers permettent également de résister aux crises car ce marché ne perd que très rarement de sa valeur. En effet, la pierre est une valeur refuge : ce placement n’est que peu corrélé aux tendances du marché en actions et garantit de bonnes conditions de revente.

Il existe de nombreuses
solutions pour changer
de répartition entre
les fonds et rééquilibrer
ses placements.

Sylvain Petitjean
Directeur du Développement
GESTION PRIVÉE

FAQ assurance-vie

Questions fréquentes

Quand investir dans une assurance-vie ?

Vous pouvez ouvrir un contrat d’assurance-vie à tout moment mais il est conseillé de le faire au plus tôt et d’épargner au moins 8 ans pour profiter de conditions fiscales avantageuses. En effet, lorsque vous procédez à un retrait partiel ou total de votre épargne moins de 8 ans avant l’ouverture de votre contrat, les intérêts issus de vos versements soumis sont PFU à hauteur de 21,8 %.

Quand racheter son assurance-vie ?

Le rachat du capital, partiel ou total, de votre assurance-vie peut se faire à tout moment. Un rachat partiel peut vous aider à financer un projet et n’implique pas la clôture de votre contrat. Vous pouvez continuer de procéder à des versements réguliers ou non, du montant que vous souhaitez.

Comment clôturer son assurance-vie ?

Le retrait total du capital présent sur votre assurance-vie entraîne la clôture du contrat. Pour ce faire, il suffit de faire la demande auprès de votre conseiller par courrier recommandé et de joindre le RIB du compte sur lequel vous souhaitez transférer les fonds.