Hausse du taux d’usure : une bouffée d’oxygène de courte durée ?

taux d'usure

Depuis le 1er octobre, les banques sont autorisées à prêter de l’argent à un taux bien plus élevé qu’au trimestre précédent. Une bonne nouvelle pour les emprunteurs puisque le TAEG est passé de 2,60% à plus de 3%. Cependant, les taux d’intérêts pratiqués par de nombreux établissements bancaires risquent de mettre rapidement un terme à cette accalmie.

Le taux d’usure : quelques rappels

Le taux d’usure représente le taux annuel effectif global, aussi appelé « TAEG » ou « seuil de l’usure » et représente le taux maximal qu’un établissement est autorisé à prêter à un particulier. Pour le calculer, la banque doit inclure différents frais comme les frais de dossier, le coût de l’assurance obligatoire, les frais de garantie mais aussi tous les frais imposés lors de l’accord du prêt. La fixation de ce taux varie également selon le type de prêt effectué, le montant, la durée de l’emprunt et permet ainsi de protéger l’emprunteur.

Une nouvelle donne pour les emprunteurs

Effective du 1er octobre au 31 décembre 2022, cette augmentation pourrait permettre de débloquer bon nombre de personnes, notamment celles qui ont déjà vu leur demande de crédit refusée. Et pour cause, avec des hausses comprises entre 0,43 et 0,48 point comparé à juillet 2022, les emprunteurs peuvent désormais espérer obtenir un crédit immobilier à 3,05% pour un emprunt de plus de 20 ans et 3,3% pour ceux de moins de 20 ans.

Auparavant, les taux d’usure ne dépassaient pas les 2,60%, aujourd’hui cette hausse offre une fenêtre de tir intéressante pour tous ceux qui souhaitent faire un emprunt. Une bonne nouvelle pour bon nombre de Français, notamment lorsque l’on sait qu’en juillet dernier 45% des demandes de crédits ont été refusées pour dépassement du taux d’usure.

Les professionnels du secteur appellent donc tous ceux qui le peuvent à en profiter rapidement : « La décision de la Banque de France va créer un appel d’air durant quelques semaines. Nous recommandons effectivement aux emprunteurs de retenter leur chance pour essayer d’en bénéficier » conseil Pierre Chapon, cofondateur de Pretto.fr.

Une accalmie vite écourtée ?

C’est en tout cas ce que rapporte Sandrine Allonier, porte-parole du réseau de courtiers Vousfinancer.com dans un récent communiqué de presse : « Comme on pouvait s’y attendre, en octobre, dans le sillage de la remontée des taux d’usure de 0,48 point sur les durées de 20 ans et plus, les banques ont augmenté significativement leurs taux de crédit, jusqu’à 0,40 point même pour l’une d’entre elles !« . Les taux moyens accordés sont actuellement dans une phase ascendante avec 1,7% sur 15 ans (contre 0,84% en octobre 2021), 1,9% sur 20 ans (contre 0,98%) et 2,10% sur 25 ans (contre 1,14%) et ne sont pas prêt de redescendre.

Les courtiers appellent à l’action

Pour les professionnels du courtage, il faut agir vite, car bien que le taux d’usure ait augmenté, la hausse significative des taux des crédits pratiqués par les banques risque de mettre rapidement un terme au projet d’acquisition immobilière de beaucoup de Français. C’est ce que redoute d’ores et déjà Olivier Lendrevie, président de CAFPI : « Il nous semble par conséquent inévitable que les taux de crédit pratiqués par les banques poursuivent leur marche haussière, ce qui pourrait de nouveau causer des situations de refus de prêt pour dépassement du taux d’usure à horizon de quelques semaines ».

Ce qui est sûr, c’est qu’au vu du contexte actuel, les emprunteurs sont vivement encouragés à faire appel à un courtier afin d’obtenir des taux intéressants et d’acter rapidement leur dossier de financement.