Des taux d’emprunts toujours très intéressants, mais sous conditions

crédit immobilier

En ce début d’année, les taux de crédits immobiliers s’avèrent encore peu élevés alors que les banques deviennent de plus en plus regardantes dans leur étude des dossiers. Quant aux prix des biens, en hausse constante, ils complexifient l’accès des acquéreurs à la propriété.

La banque centrale américaine annonçait une augmentation significative des taux d’intérêts européens mais ces derniers demeurent pour le moment stables malgré une inflation croissante.

Emprunter dans le cadre d’un achat immobilier reste donc particulièrement intéressant.

Un de nos courtiers partenaires constate même une légère baisse des barèmes depuis décembre dernier, avec en moyenne 1,25 % sur 25 ans, 1,05 % sur 20 ans et 0,93 % sur 15 ans. Elle ajoute que les meilleurs dossiers obtiennent encore des taux en dessous de 1 %.

D’autres professionnels en crédit témoignent de la même tendance. La moitié des banques ont choisi de conserver leurs taux avec pour janvier 2022 une moyenne de 0,88 % sur 15 ans, 1,01 % sur 20 ans et 1,19 % sur 25 ans.

Ces chiffres montrent que les banques conservent comme stratégie d’attirer les acquéreurs en quête de financements avec des taux particulièrement bas en ce début d’année.

 

Un engagement plus conséquent

Accéder au crédit pour les emprunteurs ne s’avère cependant pas toujours aussi facile qu’escompté.

Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a en effet durci certaines conditions d’obtention de prêts immobiliers.  Plusieurs organismes de courtages tels Artémis ou encore Cafpi constatent que la durée moyenne des prêts accordés s’est accrue de 4 mois et a augmenté de 6 mois pour les primo-accédants. Cette extension vise d’une part à juguler l’augmentation des prix de l’immobilier et permet d’autre part de conserver un taux d’endettement en dessous de 35 %.

Ces professionnels du crédit indiquent également que le montant moyen des emprunts a évolué de manière significative en passant de 389 700 euros à  421 800 euros depuis novembre 2021 .

En outre, la hausse constante des prix de l’immobilier rend les banques de plus en plus restrictives dans leurs critères de sélection et ces dernières refusent désormais quasiment systématiquement les dossiers sans apport. Il devient indispensable pour prétendre à un prêt de justifier d’une capacité d’épargne irréprochable et régulière et de calculer précisément l’impact du prélèvement de ses futures mensualités sur son budget.

 

Coût de l’immobilier

Malgré tout, les estimations pour 2022 demeurent tout de même bonnes en ce qui concerne les crédits accordés aux particuliers. En effet, la Banque Centrale européenne conserve pour le moment son cap avec une stratégie de taux très bas.  La difficulté cette année viendra plutôt du coût des biens immobiliers toujours en hausse. Que les français optent pour de l’ancien ou du neuf, les prix augmentent encore.  Si le contexte politique d’élections présidentielles pourrait rebattre quelque peu les cartes du côté de cette hausse, le tournant écologique relatif aux nouvelles constructions et rénovations, déjà très prégnant, devrait quant à lui encore s’accentuer cette année. Une tendance qui s’avère coûteuse pour les particuliers comme pour les professionnels du secteur.

 

Source :  https://www.lemonde.fr/argent/article/2022/01/13/credit-immobilier-des-taux-toujours-bas-mais-moins-accessibles_6109318_1657007.html