Empruntez, c’est le moment ou jamais !

L’atmosphère de rentrée est propice aux lancements de nouveaux projets. Au vu des taux d’intérêts proposés actuellement, il serait en effet bien dommage de s’en priver !

 

 

D’excellentes nouvelles côté prêts immobiliers !

Les observateurs n’hésitent plus à parler de « taux records » et de « conditions historiques » au sujet du coût des crédits immobiliers actuels. En effet, la moyenne de cet été, toutes durées confondues, s’est élevée à seulement 1,43 % selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, contre 1,46 % en mai. Le phénomène est corrélé à la hausse de l’inflation depuis début 2017, qui engendre une baisse des taux d’intérêts réels. Ces derniers n’ont pas atteint un tel seuil depuis le premier choc pétrolier. En d’autres termes, emprunter n’a jamais été aussi avantageux !

Cette tendance est d’autant plus remarquable que depuis 2014, la durée moyenne des prêts a augmenté de 17 mois. Les acquéreurs s’engagent désormais en moyenne sur 223 mois, soit 18,6 ans.

 

Des profils particulièrement recherchés

Les banques se disputent aujourd’hui un profil en particulier : celui des primo-accédants. Ces derniers se font en effet de plus en plus rares auprès des établissements de crédits. Ce recul s’explique par la diminution des aides publiques dédiées à leur profil. Les banquiers font donc les yeux doux aux ménages modestes souvent frileux à l’idée de contracter un emprunt à long terme. C’est ainsi que l’on constate un remarquable assouplissement des conditions d’octroi de prêt, et une concurrence accrue entre les banques. De ce fait, la durée des prêts accordés a considérablement augmenté en quatre ans et demi. Les résultats ne se sont pas fait attendre : cette année, 48,5 % des acquéreurs de moins de 35 ans ont souscrit un emprunt d’une durée de 25 ans et plus, alors qu’ils n’étaient que 33,7 % en 2017.

 

Un avenir en construction

La loi ELAN, adoptée en première lecture le 25 juillet dernier par le Sénat, vise à améliorer encore les conditions d’accession à la propriété. Elle s’articule pour ce faire autour de quatre objectifs :

  • Construire davantage et mieux, main dans la main avec les professionnels de l’immobilier
  • Opérer une réforme structurelle du secteur du logement social
  • Faire progresser les conditions de vie des occupants et locataires
  • Améliorer le cadre de vie

Gageons que ces nouvelles mesures raffermissent la tendance et encouragent les futurs propriétaires !